Tools for Practice


#246 Attendez une minute : les analyses hors laboratoire pour dépister la pharyngite à streptocoque du groupe A


CLINICAL QUESTION
Chez les patients présentant un mal de gorge, quelle est la précision des analyses hors laboratoire pour diagnostiquer la pharyngite à streptocoque bêta-hémolytique du groupe A (SBHGA)?


BOTTOM LINE
Lorsque le résultat est positif (spécificité de 95% à 99%), les analyses hors laboratoire pour diagnostiquer la pharyngite à SBHGA, y compris les tests de détection rapide d’antigènes et les plus récents tests de détection d’acides nucléiques, sont utiles pour confirmer le diagnostic de pharyngite à SBHGALes tests de détection d’acides nucléiques pourraient être plus sensibles que les tests de détection rapide d’antigènes (92% versus 85%). Le test et le traitement ne sont pas toujours immédiatement nécessairesmais les populations courant un risque accru de complications liées à l’infection par le SBHGAnotamment les populations autochtones du Canada, sont plus susceptibles d’en bénéficier. 



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

Join Now

Already a CFPCLearn Member? Log in



EVIDENCE
Données probantes 
  • Tests de détection rapide d’antigènes versus culture (trois revues systématiques, de 43 à 98 études regroupant de 18464 à 101121patients)1-3:   
    • La sensibilité est toujours d’environ 85%, et la spécificité est toujours d’environ 95%1-3. 
    • Rapport de vraisemblance positif (RV+)=16,8rapport de vraisemblance négatif (RV-)=0,16. 
  • Tests de détection d’acides nucléiques versus culture: 
    • Une revue systématique, six études (1937 patients)3: 
      • Sensibilité=92%; spécificité=99%. 
      • RV+=92; RV-=0,08. 
    • Données probantes publiées après les revues systématiques mentionnéesci-dessus4-6: 
      • Sensibilité=de 89 à 100%; spécificité=de 91 à 100%. 
  • Aucune différence significative entre les populations adultes et pédiatriques quant à la performance des analyses hors laboratoire1-3. 
  • Limites Les études incluses étaient hautement hétérogènes; les tests de détection rapide ne sont pas financés publiquement à l’heure actuelle. 
Contexte 
  • Un RVsupérieur à 10 indique que le test est utile pour confirmer un diagnostic. 
  • Les règlements sur les décisions cliniques (p. ex. CENTOR) ont une valeur prédictive limitée pour diagnostiquer la pharyngite à SBHGA7: 
    • Méta-analyse (11 études)7: sensibilité=49%spécificité=82%; RV+=2,68. 
  • Le traitement empirique pour le mal de gorge est courant (environ 60%)8. Les analyses hors laboratoire peuvent améliorer l’utilisation appropriée des antibiotiques9. 
  • Les antibiotiques pour traiter la pharyngite à SBHGA réduisent de façonsignificative10: 
    • Le mal de gorge au bout de trois jours : 44% versus 71%, nombre de sujets à traiter (NST)=4. 
    • Abcès péri-amygdalien : 0,1% versus 2%, NST=47. 
    • Fièvre rhumatismale0,6% versus 1,7%, NST=90. 
      • (Les données sur la fièvre rhumatismale sont antérieures à 1950; l’incidence a baissé de façon considérable dans les pays développés.) 
  • Les populations courant un risque accru de complications liées à l’infection par le SBHGA, notamment les populations autochtones du Canada, sont plus susceptibles de bénéficier d’un traitement par antibiotiques11-13. 
  • De nombreuses lignes directrices internationales considèrent la pharyngite à SBHGA comme étant une maladie résolutive et ne recommandent pas le traitement par antibiotiques14. 
  • La prescription tardive d’antibiotiques pour traiter la pharyngite à SBHGA pour effet de réduire l’utilisation des antibiotiques sans exercer d’influence significative sur la durée des symptômes ou les résultatscliniques15. 


This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access


Author(s):

  • Christina Korownyk MD CCFP
  • Christina Korownyk MD CCMF
  • Rodger Craig MSc

1. Stewart EH, Davis B, Clemans-Taylor BL, et al. PLoS One. 2014 4;9(11):e111727.

2. Cohen JF, Bertille N, Cohen, R, et al. Cochrane Database Syst Rev. 2016; 2016(7):CD010502.

3. Lean WL, Arnup S, Danchin M, et al. Pediatrics. 2014; 134(4):771-81.

4. Berry GJ, Miller CR, Moreno Prats M, et al. J Clin Microbiol. 2018; 56(3):e01310-17.

5. Wang F, Tian Y, Chen L, et al. Clin Pediatr (Phila). 2017 Oct; 56(12):1128-1134.

6. Weinzierl EP, Jerris RC, Gonzalez MD, et al. Am J Clin Pathol. 2018 Jun 19 [epub ahead of print].

7. Aalbers J, O'Brien KK, Chan W, et al. BMC Med. 2011; 9:67.

8. Barnett ML, Linder JA. JAMA Intern Med. 2014; 174(1):138-40.

9. Rao A, Berg B, Quezada T, et al. BMC Pediatr. 2019; 19(1):24.

10. Spinks A, Glasziou PP, Del Mar CB. Cochrane Database Syst Rev. 2013 Nov 5;(11):CD000023.

11. Bocking N, Matsumoto CL, Loewen K, et al. Open Forum Infect Dis. 2016; 4(1):ofw243.

12. Madden S, Kelly L. Can Fam Physician. 2009; 55(5):475-8.

13. Ralph AP, Holt DC, Islam S, et al. Open Forum Infect Dis. 2019; 6(4):ofz097.

14. Van Brusselen D, Vlieghe E, Schelstraete P, et al. Eur J Pediatr. 2014 Oct;173(10):1275-83.

15. Spurling GK, Del Mar CB, Dooley L, et al. Cochrane Database Syst Rev. 2017 Sep; 2017(9):CD004417.

Authors do not have any conflicts of interest to declare.