Tools for Practice


#113 L’acétaminophène pendant la grossesse et le risque futur de TDAH du fœtus


CLINICAL QUESTION
L’acétaminophène pendant la grossesse augmente-t-il le risque futur du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez le fœtus?


BOTTOM LINE
Deux études de cohorte bien conçues semblent indiquer une association entre l’utilisation de l’acétaminophène pendant la grossesse et le risque accru du TDAH ou de comportements semblables chez les enfants. Bien que les études de cohorte ne puissent pas prouver le lien de causalité et que nous ayons besoin d’une confirmation supplémentaire, l’utilisation prolongée de l’acétaminophène pourrait comporter un léger risque – surtout pendant les derniers mois de la grossesse. Il n’est pas possible de fournir de précisions en raison des limites que comportent les études 



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

Join Now

Already a CFPCLearn Member? Log in



EVIDENCE
  • Trois études de cohorte:  
    • Étude de cohorte prospective danoise auprès de 64322 femmesenceintes1. L’utilisation de l’acétaminophène pendant la grossesse a été associée aux différences statistiquement significatives suivantes : 
      • Scores plus élevés pour les troubles comportementaux sur le questionnaire sur les points forts et les points faibles (à sept ans) – risque relatif: 1,13 (1,01-1,27). 
      • Registre central du gouvernement (sur une période d’environ 11 ans) :  
        • Trouble hyperkinétique diagnostiqué – rapport de risques1,37 (1,19-1,59). 
        • Prescription de deux médicaments ou plus contre le TDAH – rapport de risques1,29 (1,15-1,44) 
    • Étude de cohorte prospective norvégienne auprès de 48 631 femmesenceintes2. Accent sur 2 919 paires d’enfants de la même famille et du même sexe :  
      • Une corrélation significative a été observée entre l’utilisation de l’acétaminophène pendant 28 jours ou plus pendant la grossesse et le comportement de l’enfant évalué par la mère à trois ans pour ce qui suit: 
        • Réduction des mouvements globauxpremiers pas tardifs, activité accrue, aptitude réduite à communiquertroubles de l’attention ou comportements agressifs. 
        • Les coefficients de corrélation et bêta variaient entre 0,2 et 0,26, ce qui équivaut à peu près à une augmentation relative de 50% à 60%.   
      • Forces : paires d’enfants de la même famille (éliminant les différences entre la mère et la famille).  
      • Faiblesses durée plus courte et évaluation maternelle seulement. 
    • Les deux études semblent indiquer (résultats incohérents) que l’association pourrait être plus étroite si l’utilisation est de plus longue durée et a lieu pendant les derniers mois de la grossesse1,2. 
    • Une étude de cohorte plus ancienne auprès de 355 enfants n’a constaté aucune association entre l’utilisation maternelle de l’acétaminophène pendant les cinq premiers mois de la grossesse et le test d’attention à l’âge de quatre ans3. 
  Contexte  
  • Les études de cohorte montrent des associations (choses qui arrivent en même temps), mais non pas un lien de causalité. Elles sont sujettes à un risque de « confusion » 
    • Les femmes qui utilisent l’acétaminophène pourraient être différentes : elles pourraient avoir plus de douleurs ou de céphalées, ce qui pourrait contribuer à la TDAH 
  • Compte tenu d’une prévalence mondiale du TDAH4 de 5,3et d’une possible augmentation relative de 13% à 37%1, l’augmentation absolue pourrait varier entre 0,7 % et 2%, si elle est réelle.   
  • L’acétaminophène est utilisée par 55% à 65des femmesenceintes1,5,6.  
  • L’acétaminophène est généralement considéré comme étant sécuritaire pendant la grossesse7 (non tératogénique) et est recommandé en première ligne pour le traitement de la douleur pour des raisons de sécurité8,9.   
    • Les énoncés ci-dessus précèdent cette récente recherche 


This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access


Author(s):

  • G. Michael Allan MD CCFP
  • Jill A Blaser MSc MD CCFP

1. Liew Z, Ritz B, Rebordosa C, et al. JAMA Pediatr. 2014; 168(4):313-20.

2. Brandlistuen RE, Ystrom E, Nulman I, et al. Int J Epidemiol. 2013; 42(6):1702-13.

3. Streissguth AP, Treder RP, Barr HM, et al. Teratology. 1987; 35(2):211-9.

4. Polanczyk G, de Lima MS, Horta BL, et al. Am J Psychiatry. 2007; 164(6):942-8.

5. Thorpe PG, Gilboa SM, Hernandez-Diaz S, et al. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2013; 22(9):1013-8.

6. Werler MM, Mitchell AA, Hernandez-Diaz S, et al. Am J Obstet Gynecol. 2005; 193(3 Pt 1):771-7.

7. Scialli AR, Ang R, Breitmeyer J, et al. Reprod Toxicol. 2010; 30:495-507.

8. Babb M, Koren G, Einarson A. Treating pain during pregnancy. Mother Risk. 2010. Available at: http://www.motherisk.org/prof/updatesDetail.jsp?content_id=922 . Accessed April 24, 2014.

9. Clemente-Fuentes RJ, Pickett H, Carney M. J Fam Pract. 2013; 62:260-8.

Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêts à divulguer.