Tools for Practice


Unmasking the evidence around masks for healthcare workers


CLINICAL QUESTION
Existe-t-il une différence entre les différents types de masques pour prévenir les infections virales des voies respiratoires chez les travailleurs de la santé?


BOTTOM LINE
Chez les travailleurs de la santé  
  • Les masques chirurgicaux et les masques respiratoires (masquesN95) semblent fournir une protection semblable contre les infections virales, les masques N95 présentant des taux d’infection légèrement plus faibles, mais non statistiquement différents, chez les personnes qui les portent (environ 1 à 2%).  
  • Les masques en tissu sont moins efficaces que les masques chirurgicaux (environ 2 % dinfections des voies respiratoires de plus sur une période de quatre semaines). 
  • Aucun essai clinique randomisé na examiné la transmission des travailleurs de la santé à dautres personnes et aucun na examiné la COVID-19. 
  • Les masques ne sont quune partie de léquipement de protection individuel qu’il faut porter et des précautions qu’il faut prendre pour prévenir la transmission.   



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

Join Now

Already a CFPCLearn Member? Log in



EVIDENCE
Données probantes 
  • Utilisation de masquesN95 (aussi appelés masques respiratoires) comparativement aux masques chirurgicaux (aussi appelés masques médicauxpour prévenir un large éventail dinfections virales des voies respiratoires quatre revues systématiques regroupant de trois à six essais cliniques randomisés (ECR) et de 3016 à 9171patients (dont 95 à 100étaient des travailleurs de la santé). La plupart des ECR s’étendaient sur cinq semaines, la plus vastesur 12 semaines1-4. 
  • La plus vaste méta-analyse1: 
Problème médical des travailleurs de la santé  Masques N95   Masques chirurgicaux  Différence sur le plan statistique 
Influenza confirmée  5,9%  6,3%  Non 
Infection virale des voies respiratoires confirmée   5,7%  8,3%  Non 
Syndrome grippal  3,4%  5,0%  Non 
  • D’autres revues systématiques ont donné des résultatssemblables2-4. 
  • Un ECR (1441 travailleurs de la santéa examiné les masquesN95 ayant fait l’objet dun essai dajustement par opposition aux masques N95 n’ayant pas fait l’objet d’un tel essai: aucune différence n’a été constatée5.   
  • Problèmes : résultats multiples, aucun lien avec la COVID-19, risque dinfection faible en général, intervention réalisée uniquement pendant les heures de travail, aucun examen du transfert des travailleurs de la santé aux patients, aux autres membres du personnel ou à la famille.  
  • Masques en tissu versus masques chirurgicaux : ECR mené auprès de 1607travailleurs de la santé au Vietnam pendant quatre semaines6. Infections virales chez les personnes portant les masques : 
  • Infections cliniques des voies respiratoires : 7,6pour les masques en tissu versus 4,8pour les masques chirurgicaux (à la limite du seuil de la différence statistique).  
  • Syndrome grippal : 2,3pour les masques en tissu versus 0,2pour les masques chirurgicaux (statistiquement différent). 
  • Infection virale confirmée en laboratoire : 5,5pour les masques en tissu versus 3,3pour les masques chirurgicaux (aucune différence sur le plan statistique). 
  • Études expérimentales : 
  • En général, pour bloquer les particules, gouttelettes ou microorganismes, les masquesN95 sont légèrement meilleurs que les masques chirurgicaux qui sont meilleurs que les masques en tissu (qui peuvent être améliorés en utilisant des tissus plus épais ou plusieurs couches de tissu)4, 7, 8. 
 Contexte 
  • Les masques, par rapport à l’absence de masque, aident effectivement à prévenir les infections (p. ex. : réduction denviron 3,5 % des infections respiratoires cliniques dans les ECR)3, 9. 
  • Le port dun masque peut empêcher les travailleurs de la santé contaminés, y compris les personnes asymptomatiques, de transmettre la maladie à dautres.  
  • Les masques ne doivent pas être considérés comme étant une intervention isolée et doivent toujours être utilisés avec dautres mesures, notamment lhygiène des mains, et, selon la situation et les patients vus, la protection des yeux, l’écran facial et la blouse.  
  • L’utilisation publique des masques sera examinée dans une prochaine édition de Tools for Practice. 


This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access


Author(s):

  • G. Michael Allan MD CCFP
  • Nicolas Dugré PharmD MSc BCPAC

1. Long Y, Hu T, Liu L, et al. J Evid Based Med. 2020 Mar 13. doi: 10.1111/jebm.12381.

2. Bartoszko JJ, Farooqi MAM, Alhazzani W, et al. Influenza Other Respir Viruses. 2020 Apr 4. doi: 10.1111/irv.12745.

3. Offeddu V, Yung CF, Low MSF, et al. Clin Infect Dis. 2017 Nov 13; 65:1934-42.

4. Smith JD, MacDougall CC, Johnstone J, et al. CMAJ. 2016; 188:567-74.

5. MacIntyre CR, Wang Q, Cauchemez S, et al. Influenza Other Respir Viruses. 2011 May; 5(3):170-9.

6. MacIntyre CR, Seale H, Dung TC, et al. BMJ Open. 2015; 5: e006577. doi:10.1136/ bmjopen-2014-006577

7. Ma QX, Shan H, Zhang HL, et al. J Med Virol. 2020 Mar 31. doi: 10.1002/jmv.25805.

8. Davies A, Thompson K, Giri K, et al. Disaster Med Public Health Preparedness. 2013; 7:413-418.

9. Bin-Reza F, Lopez Chavarrias V, Nicoll A, et al. Influenza Other Respir Viruses. 2012; 6:257-67.

Authors do not have any conflicts of interest to declare.