Tools for Practice


#106 Taux de vitamines D : les mesurer ou non?


CLINICAL QUESTION
Quelles sont les données probantes qui appuient la mesure des taux sériques de vitamine D chez les adultes?


BOTTOM LINE
L’analyse systématique des taux de vitamine D n’est pas nécessaire. Les laboratoires considèrent souvent les taux se situant entre 50 et 75 à 80nmol/l comme une carencemais il n’existe aucune donnée probante cohérente ou fiable appuyant ce seuilDe plus, la grande variabilité des tests limite l’interprétation des nouvelles mesures 



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

Join Now

Already a CFPCLearn Member? Log in



EVIDENCE
  • Taux sériques cibles: 
    • Une revue systématique de grande envergure1 portant sur le sérum25hydroxyvitamine(25[OH]Dsemble indiquer que: 
      • Les taux supérieurs à 75nmol/l ne sont pas toujours associés à un effet bénéfique accru; 
      • Les taux supérieurs à 50nmol/l sont pratiquement suffisants pour toutes les personnes;   
      • Les taux entre 30 et 50nmol/l mettent certaines personnes, mais pas toutes, à risque de carence; 
      • Les taux de moins de 30nmol/l mettent la santé osseuse à risque.   
  • Aucun essai clinique randomisé portant sur les chutes ou les fractures n’a étudié les traitements en fonction de taux cibles précis de vitamine D 
  • Proportion de la population présentant divers taux: 
    • Les taux de moins de 75 à 80nmol/l pour le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni sont de 97%, de 77% et de 87%, respectivement2-4. Ils ne sont pas nécessairement préoccupants, compte tenu de la revue systématique ci-dessus. 
    • Les résultats canadiens sur les taux potentiellement préoccupants montrent que 61ont un taux inférieur à 50nmol/l2 et 13ont un taux qui se situe au-dessous de 40nmol/l1. 
  Contexte 
  • Bien qu’un taux égal ou inférieur à 74nmol/l soit considéré comme une « carence» par certains laboratoiresprovinciaux5il n’existe aucune donnée probante qui appuie ce seuil. 
  • Chaque 800 UI de vitamine D augmente le taux de 25[OH]D de 8 à 16nmol/ltoutefois, la relation dose/réaction n’est pas directement linéaire et dépend de nombreux facteurs, comme la saison, l’adiposité et la pigmentation de la peau1,6. 
  • Les dosages de vitamine D ont un coefficient de variation qui peut atteindre 10% à 20%1, ce qui signifie que les changements de taux avec des doses de 800 UI pourraient ne pas être discernables en raison de la variabilité des tests1 
  • Les lignes directrices de TOP suggèrent de prescrire le supplément sans faire de tests; les cas exceptionnels dans lesquels les tests pourraient être utiles sont également fournis dans ces lignesdirectrices7.   
  • Les méga doses de vitamine D (p. ex. 150000 UI tous les trois mois) ont été associées à des événements indésirables accrus, y compris les chutes et les fractures8,9 
  • Le recrutement dans bon nombre d’essais portant sur la supplémentation en vitamine D n’a pas été fondé sur les taux de vitamine D, et les traitements spéculatifs ont été bénéfiques10-12. 
  • Les doses de vitamine D dans la plupart des essais n’étaient pas ajustées en fonction des taux de vitamineD13-19. 
  • Le coût d’un dosage de 25[OH]D s’élève à 61,32 $20. 


This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access


Author(s):

  • Adrienne J Lindblad BSP ACPR PharmD
  • James McCormack BSc(Pharm) PharmD
  • James McCormack BSc(Pharm) PharmD
  • Scott Garrison MD PhD

1. IOM (Institute of Medicine). 2011. Dietary Reference Intakes for Calcium and Vitamin D. Washington, DC: The National Academies Press.

2. Rucker D, Allan JA, Fick GH, et al. CMAJ. 2002; 166(12):1517–24.

3. Hyppönen E, Power C. Am J Clin Nutr. 2007; 85:860–8.

4. Ginde AA, Liu MC, Camargo CAJ. Arch Intern Med. 2009; 169(6):626–32.

5. BC Biomedical Laboratories Adult Reference Ranges. Available at: http://198.71.215.83/refranges/Laboratory%20Adult%20Reference%20Intervals.pdf. Last accessed November 18, 2013.

6. Moyad M. Dermatol Nurs. 2009; 21(1):25–30,55.

7. Toward Optimized Practice. Vitamin D Guideline. Available at: http://www.topalbertadoctors.org/cpgs/28048723. Last accessed November 18, 2013.

8. Sanders KM, Stuart AC, Williamson EJ, et al. JAMA. 2010; 303(18):1815–22.

9. Glendenning P, Zhu K, Indjerjeeth C, et al. J Bone Miner Res. 2012; 27(1):170–6.

10. Bischoff-Ferrari HA, Willett WC, Wong JB, et al. Arch Intern Med. 2009; 169(6):551–61.

11. Bischoff-Ferrari HA, Dawson-Hughes B, Willett WC, et al. JAMA. 2004; 291(16):1999–2006.

12. Autier P, Gandini S. Arch Intern Med. 2007; 167(16):1730–7.

13. Chapuy MC, Arlot ME, Duboeuf F, et al. N Engl J Med. 1992; 327(23):1637–42.

14. Meyer HE, Smedshaug GB, Kvaavik E, et al. J Bone Miner Res. 2002; 17(4):709–15.

15. Trivedi DP, Doll R, Khaw KT. BMJ. 2003; 326(7387):469–72.

16. Lips P, Graafmans WC, Ooms ME, et al. Ann Intern Med. 1996; 124(4):400–6.

17. Grant AM, Avenell A, Campbell MK, et al. Lancet. 2005; 365(9471):1621–8.

18. Porthouse J, Cockayne S, King C, et al. BMJ. 2005; 330(7498):1003.

19. Jackson RD, LaCroix AZ, Gass M, et al. N Engl J Med. 2006; 354(7):669–83.

20. British Columbia Medical Association. Vitamin D Testing Protocol. Available at: http://www.bcguidelines.ca/pdf/vitamind.pdf. Last accessed November 18, 2013.

21. Allan GM, Korownyk C. Tools for Practice. Available at: http://www.acfp.ca/Portals/0/docs/TFP/20131212_021925.pdf. Last accessed January 21, 2014.

Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêts à divulguer.