Tools for Practice


#126 Médicaments Z pour le sommeil : devrions-nous les prendre?


CLINICAL QUESTION
Les médicaments Z (zopiclone, zolpidem et eszopiclone) sont-ils sécuritaires et efficaces pour traiter l’insomnie?


BOTTOM LINE
Les médicaments Z aident les gens à s’endormir plus rapidement (de 13 à 22 minutes environ) et peut-être à dormir environ 5% de plus pendant qu’ils sont au lit. Les médicaments Z peuvent accroître le risque d’infections bénignes (chez un patient sur 43et ils ont certains effets cognitifs incohérents, comme une réduction de la mémoire verbale ou de la concentration. 



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

Join Now

Already a CFPCLearn Member? Log in



EVIDENCE
  • Sept revuessystématiques1-7 (dont des publications en double4-7) de trois à 48 essais cliniques randomisés (ECR) regroupant de 96 à 10926 patientsCertaines études portaient principalement sur les benzodiazépines (les médicaments Z étant considérés en deuxième lieu)1,2Comparativement au placebo, les médicaments Z ont eu les effets significatifs suivants : 
    • Endormissement plus rapide : environ 13 à 22minutes3-5.  
    • Temps de sommeil total: aucune différencestatistique3-5, sauf selon le journal des patients, 32 minutes de plus4,5.  
    • Qualité perçue du sommeil: aucune différence dans deux méta-analyses1,3. Une autre a montré une amélioration «modérée» (différence moyenne normalisée de 0,48)4 
    • Temps de sommeil pendant la période passée au lit : aucune différence3 ou amélioration d’environ 5%4,5.  
    • Limitesles revues n’ont pas évalué tous les résultats; elles étaient de courte durée (p. ex. 34 jours3)de multiples comparaisons ont été utilisées; le financement provenait des fabricants ou la source de financement n’a pas été signalée5,7des biais de publication sont possible1.  
 
  • Effets indésirables: 
    • Une méta-analyse de 20 ECR (367 patientsâgés en moyenne de 37 ans) n’a constaté aucun effet significatif sur la rapidité de traitement, la mémoire opérationnelle ou verbale ou la concentration neuf heures après l’administration du médicament, comparativement au groupe contrôle, sauf pour ce qui suit: 
      • Effets négatifs «modérés» (ampleurs de l’effet variant entre 0,42 et 0,56)   sur la mémoire verbale (zopiclone and zolpidem) et sur la concentration (zolpidem)8. 
    • Une méta-analyse de 36 ECR contrôlés contre placebo (13211 patients) a constaté une augmentation significative des infections (6,9par rapport à 4,6%, nombre nécessaire pour obtenir un effetnocif=4sur 36 jours). La plupart des infections étaient probablement bénignes (p. ex. des pharyngites)9. 
    • Les médicaments Z (et d’autres sédatifs-hypnotiques) ont été associés à un accroissement du taux de mortalité dans certaines études de cohorte10,11, mais pas toutes12,13. 
      • Nombreux facteurs de confusion potentiels (p. ex. les patients prenant les médicaments Z sont plus malades) et lien de causalité non prouvé 
  Contexte 
  • Comparativement aux benzodiazépinesaucune différence n’a été constatée quant au délai du sommeil2,6, à la qualité du sommeil1,6 ou aux événementsindésirables1Le temps de sommeil total pourrait être plus long avec les benzodiazépines (23 minutes)2. 
  • Les lignes directrices recommandent la zopiclone à court terme (moins de sept nuits consécutives) ou à long terme (moins de trois nuits par semaine) comme complément aux thérapies cognitives ou comportementales14. 


This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access


Author(s):

  • Adrienne J Lindblad BSP ACPR PharmD
  • G. Michael Allan MD CCFP

1. Glass J, Lanctôt KL, Herrmann N, et al. BMJ. 2005 Nov 19; 331(7526):1169.

2. Holbrook AM, Crowther R, Lotter A, et al. CMAJ. 2000 Jan 25; 162(2):225-33.

3. Huedo-Medina TB, Kirsch I, Middlemass J, et al. BMJ. 2012 Dec 17; 345:e8343.

4. Buscemi N, Vandermeer B, Friesen C, et al. Evid Rep Technol Assess (Summ). 2005 Jun; (125):1-10.

5. Buscemi N, Vandermeer B, Friesen C, et al. J Gen Intern Med. 2007 Sep; 22(9):1335-50.

6. Dündar Y, Boland A, Strobl J, et al. Health Technol Assess. 2004 Jun; 8(24):iii-x, 1-125.

7. Dündar Y, Dodd S, Strobl J, et al. Hum Psychopharmacol. 2004 Jul; 19(5):305-22.

8. Stranks EK, Crowe SF. J Clin Exp Neuropsych. 2014 Sep; 36(7): 691-700.

9. Joya FL, Kripke DF, Loving RT, et al. J Clin Sleep Med. 2009; 5(4):377-83.

10. Weich S, Pearce HL, Croft P, et al. BMJ. 2014 Mar 19; 348:g1996.

11. Kripke DF, Langer RD, Kline LE. BMJ Open. 2012 Feb 27; 2(1):e000850.

12. Gisev N, Hartikainen S, Chen TF, et al. Can J Psychiatry. 2011 Jun; 56(6):377-81.

13. Jaussent I, Ancelin ML, Berr C, et al. BMC Med. 2013 Sep 26; 11:212.

14. Towards Optimized Practice. Adult Insomnia: Diagnosis to management. Available for download at: http://www.topalbertadoctors.org/download/439/insomnia_management_guideline.pdf. Accessed July 3, 2014.

Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêts à divulguer.