Tools for Practice


#179 Candidose vulvovaginale récidivante : Peut-on combattre les levures?


CLINICAL QUESTION
Quelle est pour les femmes la façon la plus efficace de gérer la candidose vulvovaginale récidivante (quatre épisodes ou plus au cours d’un an)?


BOTTOM LINE
Un traitement prophylactique pendant six mois par l’azole (comme le fluconazole) aboutira à une récidive chez 9 à 19 % des femmes comparativement à un taux de 50 à 64 % pour le placebo (récidive chez une femme de moins pour toutes les deux à quatre femmes traitées). L’efficacité diminue cependant après la cessation du traitement, et la guérison clinique demeure élusive. Les données probantes limitées indiquent que les femmes pourraient préférer le traitement épisodique au traitement d’entretien. 



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

Join Now

Already a CFPCLearn Member? Log in



EVIDENCE
  • Deux essais cliniques randomisés (ECR) menés à double insu auprès de 3731 et de 64 femmes2 présentant des symptômes de vulvovaginite récidivante confirmée par culture ont comparé le traitement per os de 150 mg de fluconazole par semaine pendant six mois (après un traitement per os initial de 150 mg de fluconazole toutes les 72 heures pendant trois jours) et un placebo :
    • Différence significative du taux de récidive clinique : 
      • Après un traitement de six mois1, 2 : 9 à 19 % par rapport à 50 à 64 %, nombre de sujets à traiter (NST)=2-4. 
      • Suivi à 12 mois1 : 57 % par rapport à 78 %, NST=5. 
        • Étude de plus petite envergure : aucune différence significative.
        • Aucune augmentation de la résistance1, 2.
    • Événements indésirables :
      • « Légère » élévation des enzymes hépatiques chez une patiente; n’a pas nécessité l’arrêt du traitement médicamenteux1.                                  
    • Limites : l’analyse portait uniquement sur des femmes ayant accepté de se prêter à l’essai1.
  • Deux ECR ont comparé le traitement mensuel per os de 400 mg d’itraconazole (114 femmes)3 ou le suppositoire vaginal contenant 500 mg de clotrimazole (62 femmes)4 à un placebo pendant six mois : 
    • Différence significative du taux de récidive clinique : 30 à 36 % par rapport à 64 à 79 %, NST=3-4. 
    • La différence n’était plus significative lors du suivi à 12 mois3, 4
  • Étude observationnelle auprès de 136 femmes, diminution individualisée de la dose (200 mg de fluconazole trois fois par semaine, une fois par semaine pendant deux mois, aux deux semaines pendant quatre mois et ensuite une fois par mois pendant six mois) selon les symptômes cliniques5 :
    • Récidive clinique pendant le traitement de 12 mois : 30 %.
    • Suivi à 18 mois : 45 %.
  Contexte
  • Les études sur les thérapies non conventionnelles, comme les probiotiques ou l’homéopathie, sont de faible qualité ou donnent des résultats variables6-8.
  • Les données probantes limitées n’indiquent aucune différence significative entre les différents azoles pour le traitement de la vulvovaginite à Candida albicans aiguë ou récidivante9, 10.
  • Dans 90 % des cas, les candidoses vulvovaginales sont causées par l’espèce Candida albicans, suivie de Candida glabrata, une espèce résistante aux azoles11.
  • Un essai de petite envergure (54 participantes) indique que le traitement du partenaire par antifongiques ne réduit pas le taux de récidive12.
  • Selon un essai croisé randomisé réalisé auprès de 23 femmes, 74 % des femmes par rapport à 14 % préfèrent traiter chaque épisode empiriquement au lieu de recevoir un traitement d’entretien13.
 


This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access


Author(s):

  • Christina Korownyk MD CCFP
  • Mathieos Belayneh BMSc

1. Sobel JD, Wiesenfeld HC, Martens M, et al. N Engl J Med. 2004; 351(9):876-83.

2. Bolouri F, Tabrizi NM, Tanha FD, et al. IJPR. 2009; 8(4):307-13.

3. Spinillo A, Colonna L, Piazzi G, et al. J Reprod Med. 1997; 42(2):83-7.

4. Roth AC, Milsom I, Forssman L, Wåhlén P. Genitourin Med. 1990; 66(5):357-60.

5. Donders G, Bellen G, Byttebier G, et al. Am J Obstet Gynecol. 2008; 199(6):613.e1-9.

6. Falagas ME, Betsi GI, Athanasiou S. J Antimicrob Chemother. 2006; 58(2):266-72.

7. Kumari A, Bishier MP, Naito Y, et al. J Biol Regul Homeost Agents. 2011; 25(4):543-51.

8. Witt A, Kaufmann U, Bitschnau M, et al. BJOG. 2009; 116(11):1499-505.

9. Pitsouni E, Iavazzo C, Falagas ME. Am J Obstet Gynecol. 2008; 198(2):153-60.

10. Fong IW. Genitourin Med. 1992 Dec; 68(6):374-7.

11. Sobel JD. Am J Obstet Gynecol. 2016; 214(1):15-21.

12. Fong IW. Genitourin Med. 1992 Jun; 68(3):174-6.

13. Fong IW.  Genitourin Med. 1994 Apr; 70(2):124-6.

Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêts à déclarer.