Tools for Practice


#49 L’ondansétron peut-il aider les enfants souffrant de vomissements liés à une gastro-entérite?


CLINICAL QUESTION
Chez les enfants présentant des vomissements associés à la gastro-entérite, quels sont les effets bénéfiques et nocifs de l’ondansétron?


BOTTOM LINE
Bien que la plupart des gastro-entérites chez les enfants soient spontanément résolutives, une seule dose d’ondansétron par voie orale peut réduire les vomissements, le besoin de liquides par voie intraveineuse et l’admission probable.   
 



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

Join Now

Already a CFPCLearn Member? Log in



EVIDENCE
Revues systématiques et essai clinique randomisé (ECR)  
  • Revue systématique1 de l’ondansétron administré par voie orale ou intraveineuse, six ECR, 745 patients (cinq ou six services d’urgence) : 
    • L’ondansétron a été associé à des améliorations statistiquement significatives :  
      • Admission : 7,5 % pour les patients ayant pris l’ondansétron et 14,6 % pour le placebo (nombre de sujets à traiter [NST]=14). 
      • Besoin de liquides par voie intraveineuse : 13,9 % par rapport à 33,9 % (NST=5). 
      • Patients ayant continué de vomir à l’urgence : 16,9 % par rapport à 37,8 % (NST=5). 
    • Aucun changement quant au taux de retour des patients.  
    • Augmentation de la diarrhée (aucun chiffre n’a été fourni) :  
      • Certains suggèrent qu’elle est causée par la plus grande quantité de liquides et de toxines qui atteignent le côlon (non vomis)2. 
  • Deux autres revues systématiques2,3 de l’ondansétron appuient généralement ces résultats :  
    • Les deux indiquent que les données probantes sont limitées à l’heure actuelle, et une3 suggère qu’il est trop tôt pour recommander l’administration courante de l’ondansétron.   
  • Un ECR plus récent examinant l’utilisation de l’ondansétron par rapport à un placebo a constaté des chiffres semblables pour la réduction des vomissements et la réduction du besoin d’admission et de liquides par voie intraveineuse.   
Contexte 
  • Les données probantes sur l’utilisation d’autres médicaments pour traiter les vomissements dus à une gastro-entérite sont de faible qualité ou limitées1.  
    • Un ECR plus récent a constaté que le dimenhydrinate (Gravol) en suppositoires améliorait le taux de patients qui arrêtaient de vomir (NST=5), mais non pas les taux d’admission5. 
  • L’ondansétron semble efficace sur le plan des coûts dans ce contexte6.  
  • Une revue de la Société canadienne de pédiatrie7 fondée sur des données et portant sur l’ondansétron pour traiter la gastro-entérite a recommandé : 
    • Une seule dose d’ondansétron par voie orale pour les enfants (âgés de 6 mois à 12 ans) :  
      • présentant une déshydratation légère à modérée ou chez qui la thérapie par réhydratation orale échoue; 
      • ne présentant pas une diarrhée essentiellement modérée à sévère. 
  • L’ondansétron peut être administré par voie intraveineuse ou orale (des comprimés à dissolution orale sont disponibles) : 
    • Exemple de dose orale : 2 mg pour un poids de 8 kg à 15 kg, 4 mg pour un poids de 15 kg à 30 kg et de 6 à 8 mg pour un poids supérieur à 30 kg. 


This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access


Author(s):

  • Erin Wilson NP(F) MSN
  • G. Michael Allan MD CCFP

1. DeCamp LR, Byerley JS, Doshi N, et al. Arch Pediatr Adolesc Med. 2008; 162(9):858-65.

2. Fedorowicz Z, Jagannath VA, Carter B. Cochrane Database Syst Rev. 2011; 9:CD005506. .

3. Golshekan K, Badeli H, Rezaieian S, et al. Iran J Pediatr. 2013; 23(5):557-63.

4. Rerksuppaphol S, Rerksuppaphol L. J Clin Med Res. 2013; 5(6):460-6.

5. Al-Ansari K, Alomary S, Abdulateef H, et al. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2011; 53(2):156-60.

6. Carter B, Fedorowicz Z. BMJ Open. 2012; 2(4). pii: e000622

7. Uhlig U, Pfeil N, Gelbrich G, et al. Pediatrics. 2009; 124:e622–e632.

8. Freedman SB, Steiner MJ, Chan KJ. PLoS Med. 2010; 7(10):e1000350.

9. Hervás D, Armero C, Carrión T, et al. Pediatr Emerg Care. 2012; 28(11):1166-8.

10. Cheng A. Paediatr Child Health. 2011; 16(3):177-9.

Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêts à divulguer.