Tools for Practice Outils pour la pratique


#362 Faire face aux données sur l’acné, 1re partie : Les contraceptifs oraux et la spironolactone chez les femmes


CLINICAL QUESTION
QUESTION CLINIQUE
À quel point les contraceptifs oraux combinés (COC) et la spironolactone sont-ils efficaces pour le traitement de l’acné d’une gravité au moins légère à modérée chez les femmes?


BOTTOM LINE
RÉSULTAT FINAL
À environ 24 semaines, autour de 80 à 90 % des femmes signalent que leur acné s’est améliorée avec les COC, par rapport à 50 à 80 % de celles sous placebo. En outre, chez 30 à 50 % des femmes, leur peau est saine ou presque saine par rapport à 10 à 40 % de celles sous placebo. L’efficacité de différents COC semble similaire. Habituellement associée à des agents topiques, la spironolactone engendre des résultats semblables. Le taux d’abandon à cause d’événements indésirables semble comparable à celui du placebo.



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

La lecture d'articles d'outils de pratique peut vous permettre de gagner des crédits MainPro+

Join Now S’inscrire maintenant

Already a CFPCLearn Member? Log in

Déjà abonné à CMFCApprendre? Ouvrir une session



EVIDENCE
DONNÉES PROBANTES
  • Données COC : 2 revues systématiques1,2 (19-31 essais contrôlés randomisés [ECR]; de 6 199 à 12 579 patientes, 11 différentes combinaisons de COC) réalisées auprès de femmes âgées de 14 à 49 ans et atteintes d’acné au moins légère à modérée. À environ 24 semaines :
    • Par rapport au placebo :
      • Amélioration évaluée par le patient1 : ~ 80-90 % par rapport à 50-80 % (placebo). Nombre de sujets à traiter (NST) = 4-7.
      • Peau saine ou presque saine selon l’évaluation d’un clinicien : 30-50 % par rapport à 10-40 % (placebo), NST = 6-9.
      • Abandon à cause d’événements indésirables1 : le taux est habituellement semblable à celui du placebo. Lorsqu’il est différent, le nombre nécessaire pour nuire (NNN) est de 25 à 50.
    • Par rapport aux COC1 :
      • Aucune différence statistique cohérente dans 17 comparaisons.
      • Abandon à cause d’événements indésirables : il n’y a pas de différence habituellement.
  • Spironolactone : Un ECR à double insu (410 femmes, âge moyen de 29 ans)3 a comparé la prise de 100 mg par jour par rapport à celle d’un placebo (~ 70 % utilisaient simultanément des topiques) pendant 24 semaines :
    • Amélioration évaluée par la patiente1 : 82 % par rapport à 63 % (placebo) (NST = 6).
    • Peau saine ou presque saine selon l’évaluation de la patiente : 32 % par rapport à 11 % (placebo) (NST = 5).
    • Qualité de vie (échelle de 30 points, plus de score est élevé, meilleure est la qualité de vie. Score au départ = 13) : amélioration de 8,0 points par rapport à 4,5 points (placebo). La différence est probablement significative sur le plan clinique4.
    • N’importe quel événement indésirable : 64 % par rapport à 51 % (placebo); p. ex. 20 % par rapport à 12 % (placebo) pour ce qui est des céphalées.
    • Abandon à cause d’événements indésirables : aucune différence.
    • Un autre ECR, qui a associé de la spironolactone à du peroxyde de dibenzoyle topique, a constaté un effet bénéfique légèrement supérieur, mais les bienfaits sont peut-être exagérés étant donné que l’ECR était de plus petite envergure et de moins longue durée (63 patientes, 12 semaines)5.
  • Limite : La plupart des ECR sur les COC sont sans insu. Nombre d’entre eux interdisaient la prise concomitante d’agents topiques. Aucun ECR n’a comparé les COC aux agents topiques. Beaucoup d’ECR ont été financés par l’industrie.

CONTEXT
CONTEXTE
  • Les lignes directrices soutiennent l’ajout d’un COC si l’on souhaite une contraception hormonale ou lorsque les traitements standard (p. ex. les rétinoïdes ou le peroxyde de dibenzoyle topiques) sont inadéquats. Aucune recommandation claire à propos de la spironolactone (toutes les lignes directrices ont été publiées avant le récent ECR)6-8.
  • Deux petits ECR (n = 170) n’ont constaté aucune différence statistique entre les COC et les antibiotiques oraux1,2.
  • La surveillance du potassium avec la prise de spironolactone est, en général, inutile, à moins que la patiente ne soit à risque autrement (p. ex. sous inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine)5.


Latest Tools for Practice
Derniers outils pour la pratique

#365 Champignons et dépression, de bons amis? : données sur le recours à la psilocybine contre la dépression

Quels sont les bienfaits et les préjudices de la psilocybine contre la dépression résistante au traitement ou récidivante?
Read Lire 0.25 credits available Crédits disponibles

#364 Faire face aux données sur l’acné, 2e partie : antibiotiques oraux

À quel point les antibiotiques oraux sont-ils efficaces pour le traitement de l’acné d’une gravité au moins légère à modérée?
Read Lire 0.25 credits available Crédits disponibles

#363 Mettre fin à l’indifférence? Médicaments pour le traitement de l’apathie dans la démence

Chez les patients atteints de démence, dans quelle mesure les stimulants, les antidépresseurs et les antipsychotiques sont-ils sûrs et efficaces pour le traitement de l’apathie?
Read Lire 0.25 credits available Crédits disponibles

This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access

Ce contenu est certifié pour les crédits MainPro+, Ouvrir une session


Author(s)
Auteur(s)
  • Allison Paige MD CCFP
  • Allison Paige M. D. CCMF
  • Brianne Desrochers candidate au Pharm.D.
  • Jamie Falk Pharm.D.
  • Sasha Katwaroo candidate au Pharm.D.

1. Arowojolu AO, Gallo MF, Lopez LM, et al. Cochrane Database Syst Rev. 2012; 7:CD004425.

2. Huang CY, Chant IJ, Bolick N, et al. Ann Fam Med. 2023; 21(4):358-369.

3. Santer M, Lawrence M, Renz S, et al. BMJ. 2023; 381:e074349.

4. McLeod LD, Fehnel SE, Brandman J, Symonds T. Pharmacoeconomics. 2003; 21(15):1069-1079.

5. Patiyasikunt M, Chancheewa B, Asawanonda P, et al. J Derm. 2020; 47:1411-1416.

6. Zaenglein AL, Pathy AL, Schlosser BJ, et al. J Am Acad Dermatol. 2016; 74:945-973.

7. Asai Y, Baibergenova A, Dutil M, et al. CMAJ. 2016; 188(2):118-126.

8. National Institute for Health and Care Excellence (NICE). Acne vulgaris: management. Lien : https://www.nice.org.uk/guidance/ng198/resources/acne-vulgaris-management-pdf-66142088866501; mis à jour en décembre 2023. Consulté le 12 décembre 2023.

Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêts à déclarer.