Tools for Practice Outils pour la pratique


#353 – Baissez le chauffage! Les médicaments non hormonaux peuvent-ils améliorer les symptômes vasomoteurs de la ménopause?


CLINICAL QUESTION
QUESTION CLINIQUE
Les médicaments non hormonaux améliorent-ils les symptômes vasomoteurs ménopausiques?


BOTTOM LINE
RÉSULTAT FINAL
Après 12 semaines, environ 50 à 75 % des femmes atteintes de symptômes vasomoteurs ménopausiques connaissent une diminution d’au moins 50 % des bouffées de chaleur lorsqu’elles sont sous inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), inhibiteurs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline (IRSN) ou gabapentine par rapport à 35 à 60 % des patientes sous placebo. Le placebo réduit d’environ 40 à 50 % le nombre de bouffées de chaleur, alors que les ISRS, les IRSN et la gabapentine engendrent une baisse supplémentaire de 10 à 20 %.



CFPCLearn Logo

Reading Tools for Practice Article can earn you MainPro+ Credits

La lecture d'articles d'outils de pratique peut vous permettre de gagner des crédits MainPro+

Join Now S’inscrire maintenant

Already a CFPCLearn Member? Log in

Déjà abonné à CMFCApprendre? Ouvrir une session



EVIDENCE
DONNÉES PROBANTES
  • Tous les résultats sont statistiquement différents, sauf indication contraire.
  • ISRS (six méta-analyses, de 4 à 11 ECR, de 547 à 2 069 patientes)1-6; IRSN (cinq méta-analyses, de 2 à 7 ECR, de 301 à 3 685 patientes)2,3,5,7,8; gabapentine (cinq méta-analyses, de 2 à 9 ECR, de 901 à 3 519 patientes)2,3,9-11; clonidine (une méta-analyse, 4 ECR, de 30 à 198 patientes)3. Lorsque les méta-analyses ne renfermaient pas de renseignements sur les résultats, nous avons utilisé les données provenant des ECR les plus vastes pour chaque classe de médicaments.
    • Bouffées de chaleur (quotidiennes) :
      • ISRS1, gabapentine3, desvenlafaxine12-13 : de 9 à 11 au départ.
        • Différence moyenne : de 1 à 2 bouffées de chaleur de moins que sous placebo à 4-12 semaines.
        • Exemple : de 3 à 4 bouffées de chaleur (desvenlafaxine) par rapport à 5 à 6 (placebo)12.
      • Oxybutynine (148 patientes)14 : quatre bouffés de chaleur de moins que sous placebo.
      • Clonidine3 : une bouffée de chaleur de moins que sous placebo.
        • Aucune différence après l’exclusion des patientes atteintes de cancer du sein.
    • Proportion ayant connu une diminution d’au moins 50 % des bouffées de chaleur. Exemples à 12 semaines (sauf indication contraire) :
      • Gabapentine15 (600 patientes) : 73 % contre 60 % (placebo), nombre de sujets à traiter (NST) = 8.
      • Desvenlafaxine12 (567 patientes) : de 68 à 75 % contre 48 % (placebo), NST = 4 ou 5.
      • ISRS :
        • Paroxétine16 (614 patientes) ou escitalopram17 (205 patientes) : de 48 à 55 % contre 36 % (placebo), NST = de 6 à 9 sur 8-12 semaines.
        • Fluoxétine, citalopram (150 patientes)18 : aucune différence par rapport au placebo.
    • Évaluation globale : « nette/très nette amélioration » sur 12 semaines :
      • Gabapentine15 : 58 % contre 44 % (placebo), NST = 8.
      • Oxybutynine14 : 73 % contre 26 % (placebo); NST = 2.
    • Qualité de vie : par rapport au placebo :
      • Citalopram, fluoxétine ou sertraline18-19 : aucune différence.
      • Escitalopram20 : aucune différence clinique.
  • Limites : Aucune communication des taux d’événements2-8,10,11; utilisation de différences moyennes normalisées (difficiles à interpréter cliniquement)1,2,8,10-11; inclusion de patientes atteintes de cancer du sein2,3,6,9-11; ECR financés par l’industrie13-16,18,19.

CONTEXT
CONTEXTE
  • Lignes directrices :
    • Première intention : hormonothérapie; deuxième intention : ISRS, IRSN ou gabapentine21.
  • Hormonothérapie :
    • Par rapport au placebo : diminution d’environ 18 bouffées de chaleur/semaine (surtout sous 1-2 mg d’estradiol)22.
    • Par rapport à la gabapentine : 1 bouffée de chaleur de moins/jour avec l’hormonothérapie10.
    • Par rapport à la venlafaxine : manque de puissance de l’ECR pour ce qui est de comparer les agents du point de vue des paramètres d’efficacité23.
      • Satisfaction des patientes : 70 % par rapport à 51 % (venlafaxine).
  • Posologie (quotidienne)21 : paroxétine : 10-25 mg; desvenlafaxine : 100-150 mg; gabapentine : 900-2 400 mg.


Latest Tools for Practice
Derniers outils pour la pratique

#367 Antagonistes oraux du peptide lié au gène de la calcitonine : un terme péniblement long pour le traitement aigu des migraines

Quels sont les risques et les bienfaits de l’ubrogépant pour le traitement aigu des migraines épisodiques?
Read Lire 0.25 credits available Crédits disponibles

#366 Prise en charge efficace d’excisions ou de plaies simples

Quelles sont quelques-unes des options efficaces en matière de fermeture des plaies?
Read Lire 0.25 credits available Crédits disponibles

#365 Champignons et dépression, de bons amis? : données sur le recours à la psilocybine contre la dépression

Quels sont les bienfaits et les préjudices de la psilocybine contre la dépression résistante au traitement ou récidivante?
Read Lire 0.25 credits available Crédits disponibles

This content is certified for MainPro+ Credits, log in to access

Ce contenu est certifié pour les crédits MainPro+, Ouvrir une session


Author(s)
Auteur(s)
  • Ashley Domingues candidate au Pharm.D
  • Émélie Braschi MD PhD
  • Samantha S. Moe PharmD

1. Shams T, Firwana B, Habib F, et al. J Gen Intern Med. 2014;29(1):204-213.

2. Cheng Y, Tseng P, Wu M, et al. Sleep Med Rev. 2021; 57:101469.

3. Nelson H, Kimberly Vesco M, Haney E, et al. JAMA. 2006;295(17):2057-2071.

4. Riemma G, Schiattarella A, La Verde M, et al. Medicina. 2019;55(9):554.

5. Sarri G, Pedder H, Dias S, et al. BJOG. 2017;124(10):1514-1523.

6. Wei D, Chen Y, Wu C, et al. BJOG. 2016;123(11):1735-1743.

7. Berhan Y, Berhan A. Ethiop J Health Sci. 2014;24(3):209-218.

8. Sun Z, Hao Y, Zhang M. Gynecol Obstet Invest. 2013;75(4):255-262.

9. Toulis K, Tzellos T, Kouvelas D, et al. Clin Ther. 2009;31(2):221-235.

10. Shan D, Zou L, Liu X, et al. Am J Obstet Gynecol. 2020;222(6):564-579.

11. Yoon S, Lee J, Lee C, et al. Menopause. 2020;27(4):485-493.

12. Archer D, Dupont C, Constantine G, et al. Am J Obstet Gynecol. 2009;200(3):238.e1-238.e10.

13. Speroff L, Gass M, Constantine G et al. Obstet Gynecol. 2008;111(1):77-87.

14. Simon J, Gaines T, LaGuardia K, et al. Menopause. 2016;23(11):1214-1221.

15. Pinkerton JV, Kagan R, Portman D, et al. Menopause. 2014;21(6):567-573.

16. Simon JA, Portman DJ, Kaunitz AM, et al. Menopause. 2013;20(10):1027-1035.

17. Freeman EW, Guthrie KA, Caan B, et al. JAMA. 2011;305(3): 267-274.

18. Suvanto-Luukkonen E, Koivunen R, Undstrom H, et al. Menopause. 2005;12(1):18-26.

19. Gordon PR, Kerwin JP, Boesen KG, et al. Menopause. 2006;13(4):568-575.

20. LaCroix AZ, Freeman EW, Larson J, et al. Maturitas. 2012;73(4):361-368.

21. The North American Menopause Society. Menopause. 2023;30(6):573-590.

22. MacLennan AH, Broadbent JL, Lester S, et al. Cochrane Database Syst Rev. 2004; Issue 4,Art. No: CD002978.

23. Joffe H, Guthrie KA, LaCroix AZ, et al. JAMA. Intern Med 2014;174(7):1058-1066.

Les autrices n’ont aucun conflit d’intérêts à déclarer.